Réflexion sur le recrutement et les recruteurs

Réflexion sur le recrutement et les recruteurs

Suite au tweet de Shirley Almosni Chiche sur comment en tant que développeur(se) on préfère être contacté, un important échange est né avec des propos extrêmement pertinents.

On constate que 86% des personnes préfèrent être contacté par email.

La remarque de Shirley :

c drôle ça tout de même, on nous dit qu’il faut +2personnalisation et vs rejetez le contact par tel ?

montre que le sujet est loin d’être simple.

Ce tweet m’a donc inspiré une envolée lyrique que voici. Attention tout de même, c’est un point de vue, le mien, n’en faîte pas une généralité mais une base de réflexion.

Le premier contact

Si vous avez fait des cours de communication ou lu des livres/articles sur le sujet, vous êtes convaincu que le premier contact est important. Oui mais…

Effectivement, la façon d’être contacté est importante. Là pas de recette miracle, ça dépend des personnes.

En effet, on développe tous une stratégie et c’est ce qui détermine comment on aime être contacté.

Contact par LinkedIn

Pour ma part, je préfère LinkedIn, car je sais que si je suis contacté par LinkedIn, c’est pour raison professionnelle et qu’il y a de grande chance pour que ça soit un recruteur.

Ensuite, ça me permet d’avoir directement accès au profil de la personne et de me renseigner sur elle ET sur l’entreprise. Car oui, la personne peut faire que je ne donne pas suite.

Photo de LinkedIn

Je vais porter attention à la photo par exemple. Nous sommes dans une société occidentale et le règne du m’as-tu vu est là. Cela ne correspond pas à mes valeurs, donc une photo trop avantageuse me met sur mes gardes.

Une photo de style où on a l’impression qu’elle est tout droit sortie d’un book pour mannequin c’est la fuite assuré.

Moi, c’est l’authentique qui me plait.

Nombre de relation LinkedIn

Ensuite, je regarde le nombre de relations.

Nous sommes des êtres humains et nous fonctionnons à base de relations (appelées transactions par Eric Berne). On peut donc faire un parallèle avec la personne qui partage votre foyer.

Car oui, vous allez partager beaucoup de temps avec votre employeur, c’est un peu votre amant ou maîtresse.

Et se mettre en couple avec quelqu’un qui expose ses centaines de relations, ce n’est pas forcément bon.

Pour ma part je les regarde pour voir quel en est le type. Je cherche à détecter si le recruteur fait la course à la relation et ajoute n’importe qui. Et comme l’a dit Remi Gaillard :

c’est en faisant n’importe quoi, qu’on devient n’importe qui

Le message envoyé par LinkedIn

Mais avant de faire tout ça c’est le message qui m’est envoyé par LinkedIn qui fait que 95% des réponses sont immédiatement négatives et que je ne vais même pas voir le profil du contact ou que je ne me renseigne pas sur l’entreprise.

Voici des exemples de contacts que j’ai eu :

mon client, une société du CAC40 recherche un Architecte Web en CDI. J’ai analysé votre profil et je crois que vous pouvez les intéresser.

Là deux choses ne vont pas.

Je ne suis pas architecte Web. Perdu !

Une société du CAC40 ! Regardez mon parcours, plus j’avance dans le temps et plus la taille des entreprises dans lesquelles je travaille sont petites. Est-ce vraiment un hasard ?

Un de mes clients est intéressé par votre profil. Il recherche un ingénieur Etude & Developpement orienté DevOps ( AngularJS, NodeJS, ElasticSearch, MongoDB,…)

Là c’est la catastrophe, la personne ne sait pas de quoi elle parle et vu que c’est elle le contact, il y a de forte chance pour qu’au final ça soit la déception.

Je me permets de vous contacter car votre profil et vos expériences ont attiré mon attention.

Euh, c’est un email automatique ?

Pour un de mes clients sur Bordeaux je suis à la recherche d’un ingénieur DevOps pour une mission freelance longue durée.

Comment dire… j’habite Nantes.

Je rêve de recevoir un message d’un recruteur qui fait référence aux articles que j’écris…

Oui mais…

Je reviens sur le fait que nous sommes des humains. Un premier contact malheureux ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de suite plus tard.

C’est un peu comme en soirée, vous vous approchez d’une personne qui vous attire, un verre pour elle à la main et catastrophe vous lui renverser le verre dessus.

La première pensé c’est que vous êtes un pauvre gars/fille tellement timide que vous êtes maladroit. Personne ne voudra de vous.

Ce n’est pas forcément le cas. En fait, il faudrait mener une enquête pour déterminer les causes exactes de l’accident.

Et là nous sommes des professionnels.

Je me souviens au Web2Day 2016 être allé discuter avec une startup où le stand était vide car de l’extérieur ça ne donnait pas envie.

Sauf que c’est là où il n’y a personne qu’on augmente ses chances de trouver un trésor.

L’après contact

L’après contact est aussi très important. Rien que comment on vous propose de faire l’entretien et avec qui fait qu’il peut ne pas y avoir de suite.

La viso

Avec les moyens modernes, on peut vous proposer un entretien par visio conférence type Hang-out ou Skype.

Là pour ma part, je me dis que si la personne ne prend pas le temps de me rencontrer physiquement, pour la suite de notre relation, ça sera que du virtuel. Je préfère quand même un câlin avec ma compagne que regarder une vidéo porno…

Mais je ne suis pas extrémiste. Si je souhaite aller travailler en Allemagne, la viso conf pour le début permet une plus grande souplesse pour tout le monde.

L’entretien physique

Un entretien physique me permet de capter l’ambiance du recruteur et donc l’entreprise, via la PNL ou l’AT.

Oui, l’image du recruteur est importante. S’il vous donne envie de fuir, il y a peu de chance que vous travaillez avec des collègues avec lesquels vous aurez une quelconque affinité.

Déroulement de l’entretien

Qu’il soit physique ou à distance, l’entretien doit être bien mené et des deux côtés.

Je me suis déjà vu arrêter brutalement un entretien avec la conclusion qu’aucune collaboration n’était possible et même dire à un interlocuteur que c’était un guignole.

Pour qu’un entretien soit réussi, il faut que les deux parties s’investissent.

S’investir ne veut pas dire bien s’habiller (moi personnellement, ça m’irrite un peu de voir les recruteuses sexy, je ne suis pas à un rendez-vous meetic !).

Dans un entretien pensez à :

  • être disponible : le rendez-vous on n’a qu’une heure et basta, cela ne donne pas envie,
  • être au fait : la personne qui fait l’entretien mais qui elle c’est juste la partie RH, ça veut dire qu’elle n’a pas compris son métier. On ne recrute pas un maçon comme on recrute un charpentier.
  • prévoir une bonne salle à disposition : la salle où on ne peut mettre que deux chaises c’est vraiment désagréable. Et pensez au white board avec des crayons, j’aime bien faire des dessins pour expliquer.

L’après entretien

Quelque soit l’issue de l’entretien, il faut qu’il y ait un après.

Une entreprise qui m’appelle pour me dire qu’il n’y aura pas de suite ne me dérange pas. Elle fait déjà l’effort de m’appeler c’est sympa.

Par contre, j’aimerai avoir l’explication et la vrai (l’excuse budgétaire est dépassée).

Conclusion

Tout ce qui vient d’être dit s’applique à tout les métiers.

Pour ma part, si je dois recruter un maçon, je ne vais pas recruter celui qui me dit qu’il a choisi ce métier parce qu’on ne se pose pas de questions.

Un maçon ne monte pas que des parpaings, il est une clef d’une bonne construction. Il doit être très attentif à ce qu’il fait, ce poser toutes les questions et savoir réagir en cas d’imprévu.

Et pour faire ce bon recrutement, il faut du temps et de l’investissement (bon après je ne suis pas recruteur, je n’ai donc pas toute l’expérience nécessaire).

Un petit conseil aux recruteurs, arrêtez de vouloir mettre les gens dans votre réseau. Personnellement, je trouve désagréable de recevoir toutes les semaines des invitations de personnes que je ne connais pas !

Emeric Martineau

Emeric MartineauEmeric Martineau intervient actuellement chez Voyages-Sncf.com au sein de la mission DevOps.

Accompagnant les projets pour améliorer les processus de delivery, il développe divers outils autour des technologies : Angular JS, Java, Redis, Puppet, Rundeck

Consultez son blog pour connaitre les thèmes qu’il rencontre au quotidien dans son travail !

Retrouvez l’article d’Emeric Martineau sur Pulse

Découvrez également les autres articles de BrandYourRecruitment:

About The Author

Emeric Martineau

Merci Martineau intervient actuellement chez Voyages-Sncf.com au sein de la mission DevOps. Accompagnant les projets pour améliorer les processus de delivery, il développe divers outils autour des technologies : Angular JS, Java, Redis, Puppet, Rundeck Consultez son blog pour connaitre les thèmes qu'il rencontre au quotidien dans son travail : http://emericmartineau.blogspot.fr

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Brand Your Recruitment

Newsletter

Pubs

Catégories