L’apports des Neurosciences

Bien-être et performance vont-ils de pair ?

Augmenter la performance de nos équipes, nous le désirons à priori tous. Mais bien-être et performance vont-ils de pair ? L’évolution du contexte économique et technologique est inéluctable et laisse à penser que nous ne pouvons pas faire grand chose. Nous constatons que 86% des cadres disent souffrir d’un stress croissant. L’INAMI vient de communiquer que le nombre de burn-out a doublé entre 2010 et 2015 et que le coût de l’incapacité de travail liée au stress devient supérieur à celles du chomage…

Face au nombreuses sollicitations actuelles perçues par notre cerveau comme des « stresseurs », notre cerveau reptilien génère chez nous trois réactions bien connues depuis l’aube des temps : la fuite, la lutte et l’inhibition.

En entreprise cela se traduit par l’anxiété et l’agitation, l’agressivité et la colère ou le découragement et la dépression.

bien-être et performance

Quand le stress devient trop récurent et que l’individu épuise ses batteries à force de résiter et de compenser, il rentre alors dans une phase de décompensation qu’on apelle le burn-out. 

Outre un sujet à la mode, le burn-out représente aussi un coût énorme pour l’entreprise.

La performance baisse, les erreurs se multiplient sans parler des saut d’humeur intempestives, conflits et turn-over qui peuvent ruiner l’image de votre service auprès de vos clients pour n’en citer que quelques uns.

Le burn-out vient d’être reconnu en Belgique comme maladie du travail et sa prévention est devenue une obligation pour les entreprises qui doivent depuis l’A.R. du 28/10/16 aussi prévoir un trajet de réinsertion des travailleurs après leur absence.

La bonne nouvelle est que la charge excessive de travail ne génère pas chez tout le monde un burn-out. Par contre parmi les facteurs de risque de burn-out les plus fréquents au sein de l’entreprise,  on cite aussi la perte de valeurs, l’absence de reconnaissance, le manque d’autonomie et de clarté dans les objectifs.

Ces facteurs-là sont perçus par notre cerveau reptilien comme des menaces et dès lors génèrent des réactions de stress, limitant notre créativité et notre engagement.

Les neurosciences nous rapellent que notre cerveau influence nos comportements pour éviter ce qu’il perçoit comme une menace et rechercher la récompense. David Rock a modélisé les éléments sur les quels nous pouvons agir :  SCARF : Status, Certainty, Autonomy, Relatedness et Fairness.

Nous pouvons, par exemple, agir pour réduire ce que nos collègues pourraient percevoir comme menaçant leur statut. Nous pouvons aussi agir en acroissant leur impression de valorisation.

Ces deux leviers permettent d’augmenter la motivation et l’engagement, même si le contexte économique reste très exigeant.

Manager en utilisant l’intelligence émotionnelle est le socle de nos formations.

Aider les collaborateurs à activer leur cerveau préfrontal pour développer leur prise de recul, leur créativité et générer chez eux la satisfation est notre proposition pour les garder motivés et performants.

Murielle de Potesta

Murielle de potesta

Retrouvez Murielle de Potesta sur LinkedIn !

Pour en savoir plus sur le bien-être et la performance dans vos équipes, n’hésitez pas à contacter Murielle sur son adresse mail: Murielle.depotesta@samskara.be

Murielle de Potesta animera le Speak & Lunch « Comment motiver vos équipes dans des périodes difficiles » chez Akros Solutions en février 2017. Retrouvez toutes les informations de cet événement sur Eventbrite !