Le premier #Tru de Belgique, c’était ce 14 février 2017 à Namur, et Akros Solutions y était ! Voici leur retour d’expérience:

Mais un #Tru, qu’est-ce que c’est ?

Un #Tru c’est une non-conférence sur le  et la marque employeur. Le principe est simple: pas de slide, pas de speaker, pas de badge…tout le monde participe. L’accent est mis sur la richesse du débat. Initiés en France par Linkhumans, les #tru ont a présent débarqués en Belgique, sous le chapeautage de Go2NextLevels.

Destiné aux RH (mais pas que !), l’événement se voulait convivial: « pas de corporate bullsh*%t, pas de blabla inutile », les débats étaient divisés en 3 x 3 tracks (sessions) animés par un ou plusieurs modérateurs chargé de les animer.

TruNamur Tweet Akros Solutions

Des débats RH sur le  et la marque employeur

Plusieurs thèmes étaient proposés simultanément:

  • Je drague en un clic, je recrute en deux
  • Marque employeur, la séduction à quel prix
  • Marque employeur et séduction, l’authenticité comme devise
  • Les recruteurs, ces champions du rateau
  • Le recrutement, c’est sexy !
  • On épouse rarement son coup d’un soir
  • Est-ce que chercher, c’est tromper ?
  • Marque employeur, les belles promesses, et puis…?
  • Campagnes de recrutement: osez pour séduire !

Si un débat vous semblait tourner en rond, les autres vous restaient bien sûr ouverts !

Ce qu’on en retiendra ?

1) La marque employeur: une promesse à respecter !

TruNamur Tweet Authenticité

Tout au long des différents débats, plusieurs sujets sont régulièrement revenus au coeur des discussions. Parmi ceux-ci, l’authenticité nécessaire de la marque employeur. En effet, d’après les différents intervenants, la marque employeur se doit d’être fidèle à ce qu’elle reflète. La marque employeur est une promesse faite aux futurs employés, mais également aux employés actuels. Ne pas être authentique dans sa communication est faillir à une promesse certaine ! Il faut pouvoir assumer cette promesse et ne pas donner aux employés le sentiment de s’être « fait avoir ».

La marque employeur serait « simplement » un révélateur de ce qu’il se passe au sein d’une société. Il faut le montrer en interne mais également en externe. Il faut que cette révélation « transpire naturellement » pour qu’elle reste authentique.

Et mettre 3 000 000€ dans un spot Tv pout promouvoir sa marque employeur: est-ce authentique ?

La marque employeur, c’est un peu comme l’ADN d’une boîte. Un de ses objectifs serait d’attirer les gens, mais aussi de les garder au sein de l’entreprise. Les employés doivent avoir conscience de là où ils sont.

Mais au fait, cette marque employeur dont on parle tant, ne serait-ce pas juste un phénomène de mode ?

Chaque année de nouvelles tendances RH apparaissent. Ces tendances viennent et disparaissent, s’installent un temps avant qu’on ne les oublie. Cependant certaines de ces tendances restent ! Et ce serait peut-être le cas de la marque employeur !

La marque employeur, est-ce du ressort des RH ou du marketing ?

Un autre sujet qui a fait débat durant le #TruNamur, c’était de savoir si la marque employeur devait être prise en main par les Ressources Humaines ou plutôt par le département marketing.

Au jour d’aujourd’hui, on constate que les RH disent que c’est à eux de s’en occuper, tandis que le département marketing dit que sa fait partie de ses fonctions. Alors, plutôt RH ou marketing ?

Une question qui reste en suspens ! L’idée générale qui en ressort serait peut-être de la laisser aux mains d’un RH avec des notions de marketing ? Ou au contraire, à un marketer s’y connaissant en RH ? La question reste ouverte…

Dans tous les cas, la marque employeur: c’est du business !

2) Le recrutement, ça peut être sexy !

La question a été posée directement lors du track animé par Valérie-Anne Waroux: est-ce que le recrutement c’est sexy ?

Tru Namur 2017 Valérie-Anne Waroux

Le recrutement peut se faire de façon traditionnelle, mais on peut aussi être amené à le penser différemment en rentrant dans des « stratégies marketing ». Mais comment repenser son recrutement ? Peut-on vraiment se permettre un recrutement décalé ?

Recruter, c’est communiquer. Tant qu’on respecte sa promesse, pourquoi ne pas rendre un recrutement sexy ?

Penser différemment ça peut être l’instauration du storytelling dans ses campagnes de recrutement. Pour recruter pour un emploi qui ne semble pas sexy dans sa description, pourquoi ne pas changer sa job description traditionnelle ?

Attention cependant à ne pas mentir. Il faut pouvoir rendre un job « sexy » tout en restant professionnel et sans vendre du rêve là où il n’y en a pas.

Il faut pouvoir différencier l’aspect sexy du job VS l’aspect sexy de la culture d’entreprise VS l’aspect sexy du recrutement

Aujourd’hui, on vend davantage une société et sa culture que le job en lui-même. On vend davantage les relations avec les collègues et le boss. Le recrutement est devenu un métier de négociation !

Bien souvent, on ne quitte pas une boîte, on quitte un manager

Les collègues sont un critère parfois décisif dans le processus de recrutement, et si on les impliquait dans ce processus ?

les collaborateurs sont peut-être vos meilleurs ambassadeurs. Une idée, déjà mise en application par certaines entreprises, est de les faire parler d’eux-même, de leur métier, de rayonner. Qui parlera mieux de son job que l’employé qui le fait ?

Un recruteur qui parlera du métier de chauffeur le fera sans doute en terme d’ »horaires coupés » ou autres avantages qu’apporte cet emploi.

Un chauffeur, lui, dira qu’il amène les enfants à l’école, qu’il conduit les travailleurs sur leurs lieux de travail, et qu’il permet aux personnes plus âgées de se déplacer rapidement.

Un talent, c’est une personnalité

Tru Namur 2017 débat

Et vous, qu’en-pensez-vous ?